Un futur tiers lieu sociétal?

Maîtrise d’usage

Concertation citoyenne,

micro-architectures/aménagements,

ateliers créatifs

Une maison de projet n’est pas vouée à perdurer dans la mesure où, une fois l’opération d’aménagement terminée, son rôle d’information autour du projet n’a plus lieu d’être.

Se pose alors la question de la fonction de cet espace dans le quartier. 

Plutôt que de lui attribuer une fonction qui découlerait de la planification classique, il s’agit alors de concevoir un lieu sur mesure à partir de la population locale.

La première phase d’étude permet ainsi d’identifier les acteurs locaux ayant une activité en phase de test (artistes, associations, étudiants) et de les encadrer avec un travail de facilitation pour faire évoluer leurs différents projets à la fois singulièrement, et communément dans un projet de tiers lieu qui reflète les compétences du territoire dans lequel il est implanté.

 

La mise en place d’une programmation “ouverte” permet alors d’associer toutes les formes de public à moindre coût (mise à disposition des espaces du bâtiment à des prix au rabais) ayant une activité à développer (art, formations, culture, agriculture, activités sportives, activités commerciales et animations participatives…), de s’appuyer sur les réseaux des réseaux pour faire rayonner le lieu, et enfin de tester des usages non prévus au départ pour faire évoluer la programmation future. 

 

On imagine ainsi la révélation de talents et de potentiels locaux qui trouveraient place et vitrine dans un contexte adapté, mutualisé, qui favorise leur épanouissement tant par la liberté laissée aux futurs usages qu’à l’accessibilité économique de leur installation.

 

Ce travail est ponctué par des séances en groupe avec des experts (modèle économique, design, gouvernance partagée), et par des tests d’activités pratiqués au sein de la maison, afin d’évaluer la réceptivité du public et la viabilité économique de chaque activité. C’est à dire que chaque exploitant peut disposer aujourd’hui de l’espace de la maison de l’écoquartier pour tester son activité et l’adapter en fonction des retours du public et des séances de groupe.

L’objectif est qu’à terme, une structure de gouvernance partagée soit créee, rassemblant tous les exploitants qui le souhaitent, et que le lieu devienne autonome et économiquement viable.

Commanditaire

EPAMARNE 

Durée 

janvier 2018 -

décembre 219

Porteur de projet

La Belle Friche

Partenaires

Ecologie Urbaine

Ancoats

  • Facebook - Grey Circle
  • Instagram - Gris Cercle